Même dans la bière, il y a des compromis à faire !

Votre bière parfaite est le mélange parfait d’orge, de houblon, de levure et d’eau. Une bière légère est le résultat de compromis.

Anheuser-Busch InBev parie que les consommateurs de bière américains feront des compromis et feront de Bud Light Next, une bière sans glucides, un gagnant. Fait intéressant, il a encore beaucoup de calories. La prémisse de ce pari est qu’un segment de consommateurs de bière souhaite réduire l’apport calorique en réduisant les glucides. A 4% d’alcool (ABV) l’effort est un peu déroutant. Après 130 itérations et une décennie, Anheuser-Busch pense avoir atteint le Saint Graal en réduisant les glucides dans sa nouvelle bière.

« Bud Light Next est la prochaine génération de bière légère pour la prochaine génération de buveurs de bière », a déclaré Andy Goeler, vice-président du marketing de Bud Light. La question qui se pose est la suivante : les consommateurs se concentrent-ils uniquement sur une faible teneur en glucides ou en calories, quelle que soit la source de calories ? Peu ou pas de glucides n’est qu’une partie de la réalisation d’un objectif hypocalorique.

La motivation à consommer de la bière dans la catégorie « légère » (faible teneur en glucides) ou « sans alcool » est principalement motivée par des problèmes de régime. Peu importe ce que nous consommons, le contrôle du poids est fonction de l’alcool, des glucides et des calories provenant des sucreries/fromages/charcuteries, etc. Les glucides et l’alcool représentent la plupart des calories dans la bière. Par exemple, l’approche de Weight Watchers en matière de contrôle du poids consiste à limiter les calories et l’approche Atkins Diet consiste à limiter spécifiquement les glucides. Faites votre choix, il s’agit soit d’amidons, de sucres ou d’alcool.

« Les consommateurs d’aujourd’hui ont des options de produits à faible teneur en calories et en glucides, c’est une autre entrée pour avoir quelque chose qui va jusqu’à zéro glucide », a déclaré Goeler. « C’est une grande tendance de consommation que nous voyons dans de nombreuses industries de consommation. » Selon Calories.info, « Boisson alcoolisée à base de céréales fermentées, la bière contient des calories provenant à la fois de l’alcool et des glucides ».

Les sources d’amidon/glucides sont attribuées au pain, aux pommes de terre, au riz, à l’orge, aux fruits et aux pâtes ; à peine spécifiquement, lorsqu’il est fermenté, convertit l’amidon en sucres pour que la levure fasse de l’alcool. Les aliments comme le beurre d’arachide, les friandises, le fromage, les viandes transformées, les graisses et le sucre brut sont riches en calories.

En essayant de rester simple, pensez-y de cette façon : « Les glucides font généralement référence à des aliments riches en amidon ou en sucre. Les glucides contiennent toujours des calories (4 par gramme), mais les calories n’indiquent pas nécessairement des glucides », comme indiqué dans l’article « Calories ». contre les glucides. » Diffen.com. Diffen LLC.

Mais le marché de la bière devient-il trop segmenté ? La sélection d’une bière basée sur les glucides, les calories ou l’alcool peut être difficile car les calories contenues dans la bière sont influencées par une myriade de facteurs tels que le style. Et le style dicte les glucides, les sucres, l’alcool et les protéines dans les bières. Tout cela fait une bière avec beaucoup de goût et d’arômes. Remarque : Les sucres résiduels dans la bière après fermentation peuvent être d’environ 75 %.

Jusqu’à présent, la bière la moins calorique était la Bud Select 55 avec cinquante-cinq calories, 2,5% ABV et 1,9 glucides. (À 1,9 g, cette quantité apporte environ sept calories à la bière.) Alors, pourquoi Anheuser-Busch a-t-il tout mis en œuvre avec une autre bière contenant de l’alcool, des calories et des protéines, mais sans glucides ? Il semble que la décision soit basée sur des problèmes de marketing.

Leaf Nutrisystem a réalisé une enquête demandant aux consommateurs de bière ce qu’ils recherchaient dans une bière. Le goût (85 %) était bien en avance sur les considérations de prix et de style lorsqu’il s’agissait de choisir une bière. Évidemment, le style dicte le goût. Les trois composants du style de bière qui ont un impact sur le goût/saveur sont : le grain/le maltage, le houblon et la levure. Cela appelle questions et commentaires :

  • Si les consommateurs s’intéressent au goût de la bière et que les céréales ont un impact sur le goût, tout comme le houblon, alors pourquoi Anheuser-Busch plongerait-il tête baissée dans la catégorie « sans » glucides ? Le grain est le grand contributeur au goût à travers le grain malté. Si les céréales sont une considération majeure dans les glucides et le profil de saveur des bières, pourquoi jouer radicalement avec la facture de céréales (le principal contributeur aux glucides) et ne pas avoir un impact drastique sur les calories ?
  • Réduire les glucides réduira les calories dans une bière. Cependant, un gramme de glucides ajoute quatre calories à une bière et un gramme d’alcool se traduit par 6,9 calories. Si une personne s’efforce de consommer moins de calories dans sa bière, tout en privilégiant le goût/la sensation en bouche, il semble que la seule ligne de conduite soit de « compromis » une recette pour jongler avec les calories via les glucides et l’alcool.

Wade Souza, un ancien directeur des boissons, commente dans Quora pourquoi les bières légères ont mauvaise presse. « D’une manière générale, ces bières légères manquent de saveurs de bière artisanale pleinement développées et ont un goût faible et faible. L’utilisation de riz et d’autres additifs dilutifs dans le processus de brassage allège le contenu calorique, réduit le corps et l’alcool mais aussi la saveur. les bières sont très légèrement houblonnées afin qu’elles ne soient ni amères ni croustillantes, ce qui peut ajouter de la complexité à une bière hypocalorique ».

Si la plupart des gens ne s’intéressent qu’aux calories de leur bière et non aux saveurs et aux arômes, cela doit être une question de régime alimentaire. Les calories dans la bière sont dérivées en déterminant les calories dans les glucides (principalement dérivées des sucres libérés par le grain lors du processus de brassage) et les calories calculées dans l’alcool (basées sur l’ABV). Ensuite, additionnez-les et vous avez votre nombre de calories dans la bière. Vous ne pouvez obtenir l’alcool du grain que lorsqu’il est converti en moût et fermenté à l’aide de levure. Les glucides sont l’apport de sucre au corps et la réduction des glucides fera de la bière avec moins de sucre et d’alcool, donc une bière légère.

Le moût est le résultat de l’extraction des sucres du grain / de l’orge. Tous les sucres du moût ne sont pas consommés par la levure. Ce qui reste, ce sont les glucides. Cet événement ajoute à la saveur et au style de la bière, qu’il s’agisse de bière légère ou de bière ordinaire.

Le calcul des calories dans les glucides et dans l’alcool commence par la lecture de la gravité originale du moût et la lecture de la gravité finale à la fin de la fermentation. À partir de ce point, une formule est utilisée pour arriver au nombre total de calories. Plus simple encore, un programme informatique peut être utilisé pour obtenir les calories provenant des glucides et de l’alcool/ABV. Rien ici n’implique de magie ou d’algorithmes, de simples mathématiques ici.

Ce qui suit illustre comment la manipulation d’une recette de bière peut avoir une influence sur le compromis entre les calories, l’alcool et les glucides. J’ai sélectionné deux exemples de marques de bière légère à comparer à Bud Next. Notez les compromis faits pour chaque style.

Lampe Becks Premier

ABV-2.3%

Calories-64

Glucides(g)-3.9

Tête d’aiguillat légèrement puissant

ABV-4.0%

Calories-95

Glucides(g)-3.6

Bud Light Suivant sortie en 2022

ABV-4 %

Calories-80

Glucides-Zéro

Selon Nielsen, l’industrie de la bière a augmenté de 8,6 % en 2020, ce qui représente 40 milliards de dollars de revenus. La catégorie « légère » a enregistré 10,6 milliards de dollars de revenus avec une croissance de 5%. Ceci est important car l’industrie du vin essaie de s’adapter aux changements en faisant un vin « plus léger ». De toute évidence, leur accent est mis sur la teneur en alcool tout en préservant les saveurs et les arômes.

Travis Moore-Brewmaster, Anheuser-Busch commente la bière légère dans un article de Mike Pomranz sur Food & Wine : « Les bières blondes légères sont définitivement difficiles à fabriquer avec un profil de saveur cohérent et reproductible. » (Notez ici que l’accent est mis sur la saveur.) Moore continue. « Toutes les bières que nous brassons ont une routine de contrôle de qualité rigoureuse en place pour fabriquer constamment des bières de haute qualité de manière reproductible… mais les Light American Lagers peuvent être extrêmement impitoyables en raison de leur corps plus léger et de leurs profils de saveur plus subtils. »

Il ne fait aucun doute que les bières légères ont une place de choix sur le marché de la bière. Les bières légères et sans alcool sont là pour rester à en juger par le grand nombre de participants dans la catégorie. D’ailleurs, de nombreux brasseurs artisanaux intensifient leurs offres. L’effort est un délicat compromis entre calories, alcool, glucides et saveurs. Même les entrants sans alcool gagnent du terrain. Les gagnants seront ceux qui livreront le plus près d’être décrits comme corsés. Les sélections basées principalement sur la teneur en glucides et en alcool peuvent ne pas être une motivation suffisante pour devenir des consommateurs fidèles.

Il y a une place pour la bière légère avec des consommateurs qui achètent pour des occasions spécifiques. Mais la bière légère sélectionnée est mesurée par rapport à une bière artisanale de référence en matière de corps, de sensation en bouche, de saveurs, d’arômes et d’alcool.

Acclamations!

4.8/5 - (346 votes)

×